POUR NÉPAL

 

 

J'ai beaucoup voyagé dans le grand ouest de la Chine avant de reprendre mes études en France. Il y a de très beaux paysages, une nature forte mais aussi pas mal de catastrophes naturelles imprévisibles. Par exemple les écroulementsarrivent très souvent sur les routes des montagnes. C'est le risque majeur deszones sismiques. Quand je suis passé près des ruines sismiques, je suis émerveillée par la beauté naturelle des paysages, mais avec un pincement au cœur pour les victimes. Les régions du plateau Tibétain où j'ai voyagé ont subis des séismes 1 à 2 ans après mes voyages, rétrospectivement je me disais que j'avais de la chance.

 

Une petite fille de 10 ans m'a demandé si j'avais peur des séismes dans mon pays. Je n’a ipas pu autrement l’exprimer que par l’explication scientifique.

Je pense que si on a peur des catastrophes naturelles, on va loupé pas mal des belles choses de la vie. Je me souviens du lever de soleil sur l'Everest qui m'a encouragé énormément. On était au nord de l'Everest, à 5200m de hauteur, c'était le 1er mai 2006.

 

Il y avait 9 ans, on était sur la route vers Tibet, pas loin du Népal.

 

On peut faire des choses pour eux, faire le maximum. Ils ont besoin de nous.

 

Toutes mes pensées vont aux victimes népalaises.

 

Shumin

Le 26 avril 2015 à mi-nuit